top of page

“On ne s’ennuie jamais ici”

Visiter des clients dans toute l'Amérique latine est une grande partie du travail d'Edwin Salazar. Depuis son domicile en Colombie, il se rend régulièrement dans des régions très différentes du sous-continent, traversant des montagnes, des îles et des zones urbaines. Salazar s'est entretenu avec Looking Up pour discuter des défis et des satisfactions liées à son travail.



En tant que technicien d'assistance pour Manitowoc, Edwin Salazar prend régulièrement l'avion chaque semaine depuis son domicile en Colombie pour se rendre dans divers endroits de la région - des villages reculés le long des Andes aux villes balnéaires au bord de l'océan Atlantique, en passant par les métropoles urbaines. 


Dans cette interview, il explique pourquoi son travail exige non seulement des compétences techniques, mais aussi une bonne condition physique pour relever les défis que représentent les déplacements dans une région géographique aussi diverse. 


 

 

Looking Up : Quels sont les pays ou les régions que vous couvrez habituellement ?  


Edwin Salazar : Je vis à Bogota, en Colombie. Je couvre principalement la Colombie, l'Équateur et le Pérou, mais je travaille également dans les pays hispanophones d'Amérique du Sud. J'apporte également mon soutien à des collègues d'Amérique centrale et des Caraïbes.


 

LU : Depuis combien de temps travaillez-vous pour l'entreprise et quels autres emplois avez-vous occupés ? 


Salazar : Je travaille dans le secteur des grues depuis plus de 17 ans, dont près de 10 ans chez Manitowoc. Avant de rejoindre mon équipe actuelle, j'ai travaillé pour Manitowoc Cranes dans une société de location.


 

LU : Qu'est-ce que cela signifie de travailler dans une vaste région où les températures, les niveaux d'humidité et les altitudes varient ?

 

Salazar : Il m'arrive de devoir voyager d'une zone située au niveau de la mer à un endroit situé à 5 000 mètres d'altitude. Cela peut être éprouvant pour mon corps. Il est fréquent que les travailleurs souffrent du mal d'altitude dans les premiers jours suivant leur arrivée dans ces endroits où l'altitude est très élevée, où la pression atmosphérique est forte et où l'oxygène est rare. C'est le cas dans certaines villes du Pérou et du Chili, par exemple.  


Les gens souffrent de maux de tête, de vomissements et d'essoufflement ; c'est pourquoi les équipes de sécurité recommandent de s'acclimater à une nouvelle zone de haute altitude pendant quelques jours avant d'effectuer un travail intense. Nous prenons des pauses plus longues et, si nécessaire, nous recevons de l'oxygène supplémentaire grâce aux masques disponibles dans les camions sur les chantiers. 


 

LU : Parlez-nous de l'un des travaux d'assistance technique les plus difficiles que vous ayez eu à effectuer chez Manitowoc ? 


Salazar : En juillet 2020, nous avons été envoyés en Argentine pour démonter cinq grues Manitowoc et les préparer à être expédiées en République dominicaine. Elles avaient été affectées à un chantier minier à très haute altitude plusieurs années auparavant et étaient restées inutilisées pendant sept ans !  


Comme nous étions en pleine pandémie de COVID-19, nous devions suivre des directives spécifiques pour assurer la sécurité de l'équipe, ce qui, nous l'avions prévu, allait ralentir le travail. En outre, nous avons rencontré quelques problèmes techniques en essayant de les remettre en service. Après un certain temps, nous avons finalement pu déplacer les grues jusqu'au port, où elles ont été expédiées. L'ensemble du processus a été extrêmement difficile, mais nous avions une équipe formidable, très disposée à faire avancer les choses. Au final, nous avons pu terminer le projet en 30 jours seulement, soit la moitié du temps prévu. 


 

LU : En quoi l'engagement de Manitowoc en faveur d'une conception innovante facilite-t-il votre travail ? 


Salazar : Pour les opérateurs qui découvrent les grues Manitowoc, les machines peuvent sembler complexes. Cependant, ils ne tardent pas à se rendre compte à quel point l'utilisation de ces grues est intuitive, facile et agréable. Les clients comprennent aussi rapidement que les processus de montage et de démontage sont très efficaces et en avance sur la concurrence. Cela facilite grandement notre travail de technicien ! Nous n'avons pas besoin de passer beaucoup de temps à expliquer comment les choses fonctionnent. Les clients adorent ça ! Une fois qu'ils se sont familiarisés avec les grues et qu'ils ont vu à quel point ces machines sont simples, leur confiance augmente et nous constatons une amélioration des performances sur le chantier.


 

LU : Qu'est-ce que vous préférez dans votre travail en Amérique latine ?

 

Salazar : J'aime beaucoup voyager, rencontrer de nouvelles personnes et découvrir de nouvelles cultures. Bien que nous parlions tous espagnol, certains mots sont utilisés dans des contextes différents d'un pays à l'autre ; les approches sociales peuvent également être très différentes. Bien entendu, chaque lieu et chaque travail présentent des particularités et des défis intéressants.  


J'apprends constamment de nouvelles choses et de nouvelles technologies, je rencontre de nouvelles personnes et je relève de nouveaux défis. Je ne m'ennuie jamais ici !  


 

LU : Lorsque vous ne réparez pas les grues de vos clients, qu'aimez-vous faire ? 


Salazar : J'aime passer du temps avec ma famille. J'ai deux enfants - un de 10 ans et un de 17 ans. Ils jouent au volley-ball et pratiquent le kickboxing, et j'aime regarder leurs tournois. Nous aimons aussi les motos et nous nous promenons parfois ensemble. 

コメント


bottom of page